Image Image Image Image Image Image Image
Adeca10 : depistage des cancers du sein dans l aube par mammographie

Le Dépistage Organisé du cancer du Sein

La meilleure façon de se faire dépister

Deux types de dépistage coexistent en France : le dépistage individuel et le dépistage organisé. Les premier programme de dépistage organisé du cancer du sein par mammographie ont été initiés en 1989 dans les Ardennes et dans la Marne, alors départements pilotes. Le dépistage organisé a débuté dans l'Aube en juin 2003. Le dispositif a ensuite généralisé à tous les départements en 2004. L'ADECA 10 a été mandatée par l’Etat et l’Assurance Maladie pour mettre en œuvre ce programme dans le département de l'Aube. Il s’adresse aux femmes de 50 à 74 ans inclus, soit plus de 42 000 femmes sur notre département.

Le Dépistage Organisé répond à des exigences strictes de qualité :

  • Le matériel : respect de normes strictes, contrôles de qualité semestriels par un organisme indépendant, transmis à l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS).
  • Les radiologues qui réalisent les mammographies doivent justifier d'une formation spécifique et réaliser au moins 500 mammographies par an. Au cours de cet examen le radiologue effectue un examen clinique des seins ainsi que les examens complémentaires qu'il juge nécessaires. Si une anomalie est détectée, le radiologue préconise alors les examens à réaliser et avertit le médecin traitant et/ou le gynécologue de la patiente. Si l'examen est considéré comme normal, le radilogue adresse le dossier à l'ADECA 10 pour une deuxième lecture des clichés.
  • Cette seconde lecture des clichés considérés comme normaux par le premier radiologue est réalisée dans les locaux de l'ADECA 10 par des radiologues qui doivent justifier d'une formation spécifique et réaliser au moins 2000 lectures par an. Environ 10% des cancers sont détectés lors de la seconde lecture.

Objectifs du dépistage organisé :

  • Réduire le plus possible la mortalité par ce cancer, au moyen d'un dépistage précoce et de grande qualité.
  • Si 67% de la population est dépistée régulièrement on espère une réduction de la mortalité de 25 à 30% au bout de 10 ans.